Interview de Véronique Augereau et Philippe Peythieu.

Chalut mes tentacules ! En ce début de semaine je vous propose de revenir sur une rencontre qui a eu lieu au TGSspringbreak : l’interview de Veronique Augereau et Philippe Peythieu !

DSC_2371.jpg

Avant de commencer cet article je tenais à remercier mille fois l’équipe de presse du Toulouse Game Show qui s’est pliée en 4 pour nous permettre d’avoir un moment avec ce couple merveilleux alors que rien n’était prévu à l’avance! Et bien évidemment les principaux intéressés, qui ont été d’une gentillesse et d’une générosité incroyable !

Une rapide présentation ? C’est parti !

Véronique Augereau et Philippe Peythieu sont deux comédiens principalement connus aujourd’hui pour le doublage des films/séries/jeux vidéo en voix françaises. Peut-être que leurs frimousses ne vous dit rien (et encore j’en doute…) mais si je vous dis …Les Simpson? Eh oui, c’est bien eux qui prêtent leur voix au couple mythique de la série américaine : Marge et Homer Simpson !

De plus, la voix de Véronique Angereau dira forcément quelque chose à tous ceux qui écoute la saga mp3 de Cyprien où elle incarne la mère du héro!

C’est en compagnie de L’ami KapoueNostalgeek que nous les avons rencontrés et que nous avons pu leur poser quelques questions. Suivez nous !

L’interview :

[V.A sera Véronique Angereau et P.P sera Philippe Peythieu]

Tout d’abord, bienvenue au TGS, c’est votre premier il me semble, comment cela se passe pour vous ?

  • V.A : très très bien, c’est très bien organisé! après on peut parler que de l’équipe encadrante quoi, les bénévoles, parce qu’en fait on a pas eu le temps de faire le tour du salon parce qu’on est assez sollicité  (dédicaces, conférences, interview …)
  • P.P : Peut-être qu’on aura le temps aujourd’hui ! Sinon les gens sont très compétents, très professionnels très organisés !
  • V.A : Un grand bravo à toute l’équipe et à tous les bénévoles !

Parlons carrière, parce que c’est exceptionnel, sur 20 ans, enfin plus mais c’est pour rester gentil et poli *rire* …

  • V.A : ceci ne nous rajeunit pas … *rire*

…Vous êtes donc comédiens de formation, mais était-ce pour le doublage déjà à la base ou d’abord pour le théâtre ?

  • P.P : D’abord  on a fait du théâtre, bien qu’on ait des formations différentes avec Véronique, mais moi j’avais une compagnie de théâtre, on a fait plein de chose et le doublage est arrivé pour moi en 1984. C’était le premier stage professionnel qui était mis en place par la profession, parce qu’en fait le doublage représentait peu de comédiens à l’époque. Ils étaient peut-être une centaine .. allez cent cinquante, beaucoup travaillaient dans le théâtre privé ! Et il y a eu l’arrivée de la 5 quoi ! la chaine de Berlusconi qui avait acheté des tas de programmes américains, des packages, parce qu’ils n’avaient rien à passer à l’écran, et il fallait doubler ces programmes! Donc à partir de là, le monde du doublage s’est ouvert et ils ont recruté des comédiens, d’où les stages de formations. Et moi j’ai bénéficié du premier stage de formation. Voila un peu mon parcours …
  • V.A : Le mien c’est le théâtre, mais plus classique avec le conservatoire et autres écoles de théâtre, après j’ai intégré certaines troupes dont une : les acteurs de l’île-de-France, où j’ai rencontré une femme qui s’appelle Perrette Souplex, qui était la fille de Raymond Souplex (ndlr: acteur, dialoguiste, scénariste et parolier français. « Si Versailles m’était conté … ») , et qui travaillait déjà au sein d’une radio libre, il y en avait beaucoup à l’époque, sous Mitterrand! Et donc elle m’a fait intégrer la radio « chanson française » et après elle m’a dit « eh avec la voix qu’t’as tu pourrais peut-être aller sur les bancs de l’école du doublage voir un peu ce qu’il s’y passe … » Et c’est ce que j’ai fais. Enfin j’ai appris sur le tas, j’ai pas fait vraiment de formation. Ce que j’ai fait, et ce qu’il faut faire en général, c’est beaucoup observer, attendre le moment opportun, attendre et juste patienter !
  • P.P : Oui parce que c’est une spécialisation du métier de comédien et la technique n’est pas facile. Il y a des très bon comédiens scénique ou à l’image qui sont de très bon comédiens mais qui ne maitrisent pas cette technique, même en post-synchro (ndlr: technique permettant de réenregistrer en studio un dialogue -ou une voix off- avec les mêmes comédiens pour remplacer une prise de son pas exploitable) . Donc voilà c’est une technique à acquérir , ça fait un peu le tri parce que c’est pas facile de trouver de la liberté dans la contrainte. On travaille sur une bande-rythmo (ndlr: bande qui défile sous l’image permettant aux doubleurs de savoir ce qu’ils disent  et les bruits qu’ils doivent reproduire à la manière d’un karaoké) et on découvre le texte … enfin c’est vraiment un exercice de comédien !

Concernant la série des Simpson, parce que c’est comme ça que la plupart vous connaissent ou ont appris à vous connaitre… est-ce que votre regard sur celle-ci à évolué au court des années ?

  • V.A: Heum … pour faire bref: effectivement !  Tout d’abord de part le dessin, qui au début était très grossier, vilain et tout ce qu’on veut … De part la bande son qui elle même était moins peaufinée qu’elle ne l’est actuellement et de part les scenarii qui sont toujours aussi exceptionnels ! Ils suivent l’actualité donc on ne s’en lasse pas et pour nous c’est à chaque fois que du bonheur d’aller de temps en temps enregistrer cette série. Parce qu’on ne la retrouve que de temps en temps et c’est ça qui est formidable et qui fait qu’on ne se lasse jamais !

Et est-ce qu’au cours des années, il y a des séquences que vous avez jugé un peu limites au point d’hésiter à doubler, mais que vous avez fait quand même alors que d’un point de vue éthique personnel c’était limite ?

  • P.P : Oh non … non, on ne s’est jamais posé la question franchement ! Parce que c’est intelligent, et toujours dans l’humour. Dans les Simpson ils ont abordé tous les sujets de société et tout ça sur le mode de l’humour ! donc à partir de là on porte un regard un peu critique sur notre société occidentale ! Nous on est client, d’ailleurs c’est plus un programme pour adulte au départ, avec plusieurs niveaux de lecture. Les gens s’y retrouvent, les petits parce que y a des gags et après comprendra qui pourra quoi ! Mais on a toujours défendu les Simpson, franchement ça a toujours été d’une grande intelligence et même par moment, quand c’est limite, ils s’en sortent avec humour quoi donc c’est ça qui est important!

Dans un autre domaine maintenant, on s’est demandé, était-ce une volonté de votre part de doubler des jeux vidéo ou si c’était des studio qui étaient venus pour démarcher ?

  • V.A : C’est toujours heu .. on dépend toujours d’un appel téléphonique en fait en tant qu’intermittents du spectacle !*rire* En général c’est toujours les studio qui nous ont démarchés, les directeurs artistiques qui s’occupent des jeux etc !

Parce que, pour vous (à Philipe Peythieu), docteur nefarious (ndlr: Ratchet et Clank), pour le coup ça fait parti de mes séries préférés, et ensuite uncharted, dead space 3, et on en passe, à chaque fois ce sont des choses très particulières, ça prend beaucoup plus de temps qu’un épisode dit classique non ?

  • V.A :Alors les jeux vidéo pour nous c’est complétement …enfin…
  • P.P: Ouais c’est à part quoi !
  • V.A : C’est ça ! C’est difficile pour nous d’en parler parce qu’on .. d’abord on est pas fan de jeux vidéo à la base mais peu importe, en fait, en tant que comédien ce qui est frustrant un peu c’est que rares sont les fois où on voit les images !
  • P.P: On a pas d’images, on a que des fichiers, on ne sait pas à qui ou à quoi ça répond, on ne travaille qu’avec les filtres sonores … on enregistres des fichiers donc on s’amuse pas quoi …
  • V.A : heureusement qu’il y a un directeur artistique qui est là pour nous indiquer comment faire ! du style « là on fera un peu plus comme ça ou comme ça  » ou  « à ce stade du jeu on peut aller par là ou par là.. »  voila quoi …
  • P.P : c’est très fatiguant et c’est vrai qu’on s’amuse pas vraiment … on enregistre tout seul
  • V.A: En plus c’est beaucoup de concentration et d’énergie, c’est hyper fatiguant quoi!

Et vous avez déjà essayé les jeux pour voir à peu près le rendu ?

  • P.P : Non on a pas essayé .. parce que bon on est pas très joueurs. Enfin pourquoi pas hein ça doit être très bien je pense hein …

Même regarder des gens y jouer ?

  • V.A : Bah ça doit être fantastique parce qu’il y a des gens passionnés, même autour de nous hein des comédiens qui jouent beaucoup et qui trouvent ça formidable !
  • P.P : En plus nous on est devant les écrans toutes la journée et on va pas se recoller devant les écrans pour un jeu, même la télévision on la regarde très peu! Quand on peut échapper un peu à ça c’est … Enfin c’est peut-être parce que c’est pas non plus notre génération hein ! (à Véronique >) je te vois pas bien avec un joystick toi *rire*
  • V.A:  *rire* ah je pourrais prendre des cours ici hein mais je pense qu’on aura pas le temps hein *rire*

J’avais une question par rapport au court métrage par Arnaud Demanche (ndlr: « being Homer Simpson » ), on va faire une transposition mais est-ce que dans la « vraie vie » vos personnages s’arrêtent à la porte de chez vous pour vous consacrer à votre vie de famille?

  • V.A: C’est même pas à la porte de chez nous, c’est à la porte du studio. On enregistre et hop à la porte du studio c’est fini quoi.
  • P.P : On ne se souvient même plus des épisodes qu’on a enregistrés !
  • V.A : Sauf un truc qui nous a fait hyper rire ou qui nous a marqué ! Mais sinon c’est fini, après évidemment on en parle parfois et évidemment qu’avec les gens qu’on rencontre dans la rue on peut parler de tout ça ! Mais notre vie ne tourne pas autour des Simpson c’est ça que je veux dire … même si on s’est rencontré sur les Simpson notre vie ne s’arrête pas là.

Ah oui ça s’est fait sur le plateau du studio ?

  • V.A : Bah on se côtoyait avant en bons camarades, parce qu’on travaillait de temps en temps ensemble mais les Simpson nous ont rapprochés ….et nous avons une petite fille ensemble.

Nous avons vu que vous étiez aussi directeur artistique (à Philipe Peythieu), avez-vous une préférence entre doubler et diriger ?

  • P.P : Owh ! C’est un travail qui est complétement différent franchement ! J’aime bien la direction, c’est un autre travail, je dirais qu’on a d’avantage de responsabilités parce que c’est un gros boulot de préparation ! Faut faire le casting des voix, les essais, faut vérifier les adaptations on a les clients/chaines/diffuseurs sur le dos donc on est un petit peu sur la brèche mais sinon …! Je préfère à la limite mon travail de comédien où je m’amuse et au moins, j’arrive, j’enregistre et je repars ça me prend pas la tête quoi! Alors que la D.A (ndlr: direction artistique) ça prend la tête quoi…!
  • V.A: Oui et puis y a beaucoup de contraintes, il y en a de plus en plus ! Faut travailler vite avec les nouveaux systèmes comme Netflix, OCS etc …
  • P.P : Avec les nouveaux diffuseurs les délais sont de plus en plus courts, il faut enregistrer dans un temps restreint ! C’est compliqué, on se retrouve à devoir travailler le week-end pour préparer le boulot tout ça ! C’est un énorme boulot la D.A! Après c’est un travail passionnant, diriger les acteurs c’est un boulot de chef d’orchestre !

Pour finir, comme à la fin de toutes interviews on va terminer par un touche légère pour en savoir plus sur vous !

Quel est….

Votre livre de chevet ?

  • V.A : Moi j’ai adoré dernièrement Donna Tartt ! Je vais pas parler de celui que je lis en ce moment parce que je ne l’aime pas du tout!  *rire* C’est frustrant parce que je n’ose pas abandonner un livre mais en même temps je n’arrive pas à rentrer dedans quoi. *rire*
  • P.P : Moi je lis la presse quoi! je suis drogué à « le Monde » depuis pas mal d’année, je le lis tous les soirs, j’y passe une heure mais je lis tout, même la rubrique économique! *rire* Mais quand je suis en vacances à l’étranger il faut que je trouve mon Monde !!
  • V.A: Je confirme oui … ! *rire* Moi je lis pour lui et lui me fait un résumé de l’actualité *rire*

Votre musique préférée ?

  • V.A: Alors écoutez … c’est plutôt une tendance. Ce que j’adore quand je rentre le soir c’est le Jazz! Et ça me repose terriblement de ma journée, quelle qu’elle soit ! Sinon plutôt classique !
  • P.P : Pareil, pareil ! C’est vrai que la musique du soir c’est le jazz, le matin c’est…
  • V.A: Le matin c’est le classique voila vous savez tout de chez nous *rire* et puis l’après midi j’aime bien les musiques de films ou des chanteurs français!
  • P.P : Voilà y a des moments pour chaque musique! Et moi j’aime beaucoup la chanson française. On écoute Barbara, Ferret…
  • V.A: Et on s’est découvert une passion, parce qu’on a la chance de pouvoir le faire, et je reconnais que tout le monde ne le peut pas, c’est qu’on s’est abonnés à l’opéra ! Parce que découvrir un opéra en live, être présent … avec l’orchestre, les chanteurs, c’est sublime !
  • P.P: C’est du spectacle vivant !! La dernière fois qu’on était à Toulouse on a été au théâtre du Capitole pour « Les noces de Figaro » et c’était … waw!
  • V.A: Oui voilà on s’est découvert une nouvelle passion avec l’opéra!

—–

Cette interview restera longtemps dans nos mémoires. Elle fut, grâce à nos interlocuteurs, d’une richesse incroyable, nous avons vécu un moment de partage avec des personnes formidables alors encore une fois: MERCI…

 

 

 

2 réflexions sur “Interview de Véronique Augereau et Philippe Peythieu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s